Tsumi

Tsumi, la ville où les péchés sont plus que pardonnés...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 je propose un dépot_vente. Ou un bucher.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lullaby Lace
Smile and wait ~ Calme
avatar

Féminin Nombre de messages : 35
Age : 28
Age perso : 19 ans.
Péché : Gourmandise
Vertue : Calme
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: je propose un dépot_vente. Ou un bucher.   Sam 3 Mai - 23:55


    Elle avait passé des heures à chercher sa clef dans tous les tiroirs de sa chambre, au cabaret. Elle était vieille, mal entretenue, et avec le pot qu'elle se payait, elle avait à tous les coups été changés. En deux ans, c'était possible, ses parents étaient des maniaques de la sécurité. Sans parler de sa soeur, Victoria, qui avait dut faire installer les plus puissants (mais les moins cher) systèmes de sécurité. Ca l'aurait sans doute tuée de ne perdre ne serait-ce qu'une pièce des couverts en argent de la maison. Enfin. Et puis, une fois n'est pas coutume, elle avait pris le métro pour aller chez elle. Chez elle. Ce mot n'évoquait rien en elle, ou en tout cas rien de semblable à l'immense résidence qui prenait pied devant elle, alors qu'elle ouvrait le portail pour la première fois depuis deux ans. Elle n'avait pas manquer de remarquer un rutilant cabriolet rouge, devant l'entrée. Pas mal. Il faudrait qu'elle s'achète le même.
    Elle poussa la porte d'entrée, et dut fermer les yeux, éblouie par le luxe abominablement écrasant des lieux. Elle l'avait presque oublié, celui-là. La gourmandise, vieille comparse, lui fit à l'insu de son plein gré prendre un des bonbons qui se trouvaient dans le fourre-tout (en cristal) du hall d'entrée.
    *Ah. Trop acide.*
    Et de l'acidité, avec sa soeur qui en ce moment même allait à sa rencontre (elle venait d'entendre du bruit dans l'escalier -en fer forgé- de l'entrée ), elle risquait d'en avoir pour son grade. Merci bien. Elle épousseta du regard un bibelot, frôla du bout des doigts un second, jeta un regard peu interressé aux tableaux (un Rembrandt, deux Manets), rien n'avait changé, ou pas grand chose. Quelqu'un avait changé le téléphone, plus moderne. Et des converses gisaient dans le range_chaussures, rivalisant avec peine avec les mocassins ( armani) qui leur servaient de voisins. Elle ne rêvait que d'une chose, faire un monceau de ces choses, un monceau qui monterait jusqu'au ciel, d'un bidon d'essence et d'une allumette. Wouf ! Sur que les flammes de trois millions de dollars, on pourrait les voir de loin. Saloperies va. Ca ne valait pas un glace à la vanille, ou les lèvres d'un prétendant. Et sa soeur, sa soeur qui était tellement d'accord avec elle, qui s'approchait à présent.

_________________

# ιт'ѕ נυѕт ємσтισηѕ ωє ιηνєηт. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Lace
Openly not ~ Honneteté
avatar

Féminin Nombre de messages : 42
Age : 26
Age perso : 16ans
Péché : Avarice
Vertue : L'Honnêteté
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: je propose un dépot_vente. Ou un bucher.   Dim 4 Mai - 0:38

Après avoir découvert sa magnifique nouvelle voiture, Victoria était remonté à l'étage grimpant le grand escalier blanc, sans rambarde évidemment, c'était plus design. Traversant le couloir au papier peint blanc se mariant à merveille avec le carrelage de même couleur. C'était une clarté à laquelle la gamine avait eut du mal à s'habituée le jour ou elle était revenue de sa pension.
Elle c'était alors glissait dans sa douche et avait prit soin d'y passer le plus de temps possible. Se préparant ensuite pour une sortit, elle c'était rendu compte que ces vêtement, pour la plupart rouge et blanc, se marié à merveille avec la couleur de son nouveau jouet. L'avaient-ils fait exprès de le choisir rouge ?


Un bruit ferrailleux se fit alors entendre en bas, puise que la maison était vides et bien assez grande pour que le moindre son y résonnent. Victoria c'était inquiète de savoir qui d'autre qu'elle avait les clefs de l'habitation. Ces parents ? Etait-il possible qu'ils revinrent 'déjà' de leur seconde lune de miel ? Non, sans prévenir de leur retour sa ne leur ressemblaient pas. Un voleur alors ? Evidemment avec le nombre incalculable d'objets de valeur qui se trouvaient dans cette maison au lieu de billet, valeur bien plus sur, sa n'aurait pas été étonnant qu'on eut envie de s'essayer à voler ici. Cependant Vicky en doutait, et préférait surtout ne pas y songer.
De toute façon le temps de penser au options, faible lorsqu'elles étaient logique et raisonnable, nombreuse lorsqu'elles étaient inquiétantes et dangereuse, elle avait déjà les pieds au milieu des escaliers blancs. Et c'est ici qu'elle décida de s'arrêter.
Ne sachant pas vraiment quelle attitude adopter, elle resta un moment silencieuse. Ignorant si elle était heureuse de la revoir bien qu'elle fut un peut moine belle que dans ces souvenirs, ou à l'inverse, chagriné par cette présence devenu dérangeante il y'a quelque années de cela.
Et puis surtout, était elle revenu pour célébrer l'année qui s'ajoutait au compteur de sa sœur en se rappelant le jour qu'on était, ou était elle la parce qu'elle savait que les parents étaient absent - bien qu'ils l'étaient depuis une semaine déjà - pour un moment dans le but précis de profiter de la richesse qui c'était renfloué tout le temps de son absence ?


| Salut Lullaby. S'aventura un peut gênait la brunettes, préférant ne pas emprunter la voix de la familiarité tout de suite. Au cas où la grande se sentirait bien plus vite que prévu assez à l'aise pour chagriné le côté avare de la petite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lullaby Lace
Smile and wait ~ Calme
avatar

Féminin Nombre de messages : 35
Age : 28
Age perso : 19 ans.
Péché : Gourmandise
Vertue : Calme
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: je propose un dépot_vente. Ou un bucher.   Dim 4 Mai - 0:55



    Tiens ? Au lieu de paroles acides, deux mots doux amers, pleins de doute et de...rancoeur ? Coulèrent le long des lèvres de sa cadette. Elle en fut étonnée. Mais d'une certaine manière, elle était contente que la hache de guerre ne soit pas déterrée tout de suite. Peut-être pourrait-elle commencer à apprécier pour de vrai cette petite soeur qu'elle connaissait à peine, et s'imaginait tant de chose sur elle. Des choses vraies, des choses fausses aussi. Elle esquissa un sourire timide, et preuve de bonne volonté, elle ne releva même pas le fait qu'elle l'ait appelé par son prénom en entier. Elle ne releva pas non plus l'absence d'amour, ou simplement du qualificatif "grande soeur" dans sa phrase. C'était sans doute trop top. Et peut-être même que ce serait impossible.

    "Salut, petite soeur. Ca faisait longtemps. Joyeux anniversaire."

    C'était dit presque platement, sans intention aucune, mais il ne fallait pas trop lui en demander, pour un premier contact. Elle s'était souvenue, en voyant la voiture, que c'était aujourd'hui l'anniversaire de la presque encore fillette en face d'elle. Elle ne savais même pas si elle, connaissait la date d'anniversaire de sa grande soeur. Cette pensée la rendit un peu mélancolique. Peut-être qu'au contraire, ce serait encore plus dur. Trop d'années passées séparément les séparaient encore, enclines à justifier jusqu'au bout leurs existences. Elle écarta les bras, en signe d'excuse.

    "Pas de cadeau, désolée. La prochaine fois, quand je saurais un peu mieux ce que tu aimes, puisqu'on va passer un peu plus de temps ensemble. Comment était la pension ?"

    Elle n'en avait eu aucune nouvelle en deux ans, puisqu'elle avait coupé les ponts avec ses parents. De ce fait, elle ne la voyait même pas pendant les vacances. Il fallait avouer qu'elle ne s'en souciait pas à l'époque. Elle le regrettait peut-être un peu, maintenant. Bien sur, elle savait que la petite avait honte de sa grande soeur. Qu'elle ne se montrerait jamais avec elle en société. Mais cela, contrairement à d'autres sentiments, réciproques ou non, enfin bref, ce détail là lui était égal. Elle était ce qu'elle était, et on ne pouvait tourner le vinaigre en confiture, même par amour fraternel, et surtout quand celui ci était ténu, presque absent, plein des vides qu'occasionaient les années.

_________________

# ιт'ѕ נυѕт ємσтισηѕ ωє ιηνєηт. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Lace
Openly not ~ Honneteté
avatar

Féminin Nombre de messages : 42
Age : 26
Age perso : 16ans
Péché : Avarice
Vertue : L'Honnêteté
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: je propose un dépot_vente. Ou un bucher.   Dim 4 Mai - 1:30

La migraine frappa un autre coup dans le crâne de l'adolescente. C'était probablement une manifestation de la surprise qu'elle éprouvait alors en cet instant.
Bien que le ton employé par l'adulte eut était assez platonique, alors que l'autre l'aurait souhaité enjoué voir hystérique, c'était dit. C'était un souvenir qui lui était resté et qu'elle avait prit la délicatesse de faire partager.
Et même si c'était par politesse qu'elle le faisait, elle s'écorchait tout de même la bouche pour le dire. Alors c'est ce qui comptait.
Aussi fut peut-être le 'petite sœur' qui l'invita à descendre quelque marche de plus, pour allez à la rencontre de Lullaby et ainsi briser la toile invisible qui c'était tendu et solidifié entre les deux femmes.


| Merci. Répondit elle seulement puise que c'était tout ce don elle était capable.
Finalement la toile paraissait bien plus solide que prévu. Le simple faire de la traverser ne suffirait probablement pas.

Il faudrait aussi la réduire en un tas de saleté brulé

A l’évocation du temps qu’elle allait dorénavant passer ensemble, la gamine ne put empêche une grimace. Et bien qu’elle tenta de le cacher par gentillesse ce devait être évident que cela l’enchantait pas.
Sa n’était pas vraiment personnelle. Elle ne haïssait pas –encore- sa sœur. Et cette grimace n’avait pas était causé par l’idée futur de cette union, mais au contraire, les souvenir passés –puise qu’elle était dans sa journée ‘mélancolie’- ou elle avait trouvé sa sœur étalait sur le sol de sa chambre, sa bave coulant le long de son menton. Ou encore à cette fois ou elle avait dut affronter l’état second dans lequel elle c’était plongés via ces substance répugnante.
Mais le pire de ces souvenirs aurai surement été cette fois ou elle avait eut l’atroce sensation que son corps se séparait en deux, parce qu’elle devait choisir entre protéger sa sœur en cachant ce qu’elle été, ou avouer la vérité et soulager la vertu dont elle était accablée.
Et puis connaissant alors les intentions des parents lorsqu’il s’agissait de faire une erreur dans la famille, Vicky était bien placé pour savoir qu’il valait mieux éviter à Lullaby le couvent, ou elle à son inverse, ne se serrait pas tenue à carreau et aurait dut prolonger son séjour dans un boucle infinie.


Mais peut importe, maintenant elle était de retour. Et elle avait quelqu’un d’autre pour s’occuper d’elle vu qu’aux dernières nouvelles, elle c’était fiancée.

| C’est gentil mais ne prend pas cette peine. Je préfère que tu garde de l’argent. Impossible de savoir si elle disait ça par pitié du genre ‘tu es moins riche que moi de toute façon’ ou alors juste parce qu’elle ne voudrait pas être obligés de lui en faire un en retour, le jour ou les dates s’inverserait et ou Victoria voudrait garder le liquide sur son compte en banque’.
| Et puis de toute façon, Papa et maman m’on gâté cette année – plus que les nombreuse autres ou elle avait été récompensé de son travaille avec des objets d’une valeur inestimable – J’aurais était gêné de recevoir autre chose.

On sentait en Victoria les racines que l’enfant de famille aisé avait. Un vocabulaire proche du soutenu bien qu’elle essaye de l’adapter à sa jeunesse, et une politesse frôlant l’abus et le manque de sincérité.

| La pension c’est trouvait êtres bien mieux que je l’avais imaginé. J’y ai fait de nombreuse rencontre et je suis un peut déçu de les avoirs quitter…
Elle marqua un temps de pause, hésitant bien qu’on voyait qu’elle avait envie d’en rajouter.

…Mais toujours pas de conquête. Elle lui envoya un sourire espérant de cette manière paraitre moins distante. Et aussi, peut être en évoquant la passé ou toute d’eux n’avait pas encore était séparée et était proche rabibocherais fendrait encore un peut plus la toile.
Dans ces souvenirs, lorsqu’elles parlaient d’hommes, elles s’amusé bien et se comportait comme deux sœur.

| Et toi, paraîtrait-il que tu t’es fiancée ? Ajouta elle sur de son coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lullaby Lace
Smile and wait ~ Calme
avatar

Féminin Nombre de messages : 35
Age : 28
Age perso : 19 ans.
Péché : Gourmandise
Vertue : Calme
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: je propose un dépot_vente. Ou un bucher.   Dim 4 Mai - 2:14



    Répugnant, répugnant, affaire de gouts et de couleurs. Immonde, surement, atroce, sans aucun doute. Mais pas répugnante. Encore moins dégoutante. Puisqu'il s'agit des contraires d'attirante. Or, pour aussi douloureuse, adipeuse et proprement émétique, elle l'attirait comme un aimant, se collant à elle, se glissant sournoisement mais délicieusement sous sa peau. Oh, elle pourrait certainement en parler, en débattre pendant des heures, elle savait tout cela, tout comme les fumeurs savent que la cigarette détruit leurs poumons, tout comme les amants passionés sont incapable de se détacher de l'être qui pourtant déjà se lasse d'eux. Voilà. Tut était à dire, et rien au monde n'aurait pu l'en dégouter. Mais, et nous fermons la boucle pour revenir à notre point de départ, c'était une affaire de gouts et de couleurs. Elle s'était néanmoins rappellé l'effet qu'avait produit sur sa soeur la vision d'elle en quasi Overdose. Elle n'avait donc strictement rien consommée. A défaut de sentir la clope, elle sentait le parfum couteux et capiteux qu'il lui avait offert. Très peu, son nez supportait mal les odeurs piquantes. Mais, et sans doute sa soeur ne le saurait jamais, elle y avait pensé. Or, celle-ci avait l'air de croire que Lullaby ne pensait pas. Mais passons.

    Un simple merci. Cela la gênait-elle de remercier quelqu'un dont elle avait honte ? Ou ne savait-elle pas, tout comme sa soeur, quoi dire ? Elle ne sut choisir entre les deux alternatives, décida de s'accorder le bénéfice du doute (et bordel qu'est-ce que c'est moche et bourré de lieux communs ce que j'écris T___T) et hocha la tête. Qu'elles devaient avoir l'air bêtes plantées là dans le hall d'entrée d'une maison qui était pourtant la leur...Sans l'être vraiment. Sa soeur semblait également avoir conscience de la toile d'arraignée qui les engluaient sans pour autant les rapprocher l'une de l'autre. La preuve ; sa légère grimace. La conversation s'entrecoupait de lourds silence épais comme du miel et qui suintait d'une manière maligne et désagréable. Craindre le silence, les blancs. Les éviter. C'est ce qui pouvait peut-être les rapprocher.


    "Alors, je t'offrirais quelque chose qui ne s'achète pas."

    Etait-ce une ironie destinée à cette fillette qui croyait que tout valait son pesant d'or ? Que tout se calculait, se payait, s'achetait ? Alors que la dépendance de sa soeur, qu'elle voyait sans la voir, lui prouvait justement le contraire ? Ou simplement, l'affection d'une soeur. Le commencement de l'affection. La vérité était qu'elle avait simplement répondu de manière logique à la demande de sa soeur : si elle ne voulait pas qu'elle lui achète quelque chose, alors elle lui offrirait quelque chose de gratuit, de simple, voilà tout, et c'était ainsi qu'il fallait le comprendre.


    "C'est vrai qu'elle est belle, ta voiture. C'est le rêve de tout le monde d'en avoir une comme ça ^^. Si tu me le permets, j'aimerais l'essayer, une fois."

    La conversation semblait presque prendre un cours normal. Elle avait toujours ce ton raide et guindé, mais c'était de mise dans les bonnes familles, et, à l'écoute de sa petite soeur, elle avait vite perdu ses intonations des faubourgs pour reprendre l'accent mondain qui faisait, ou était censé faire, leur fierté.

    "Tant mieux si ça t'as plu. Tu n'avais pas l'air heureuse d'y aller. [...] Pas de conquêtes ? Ca m'étonne mignonne comme tu es."

    Et même à vrai dire, Victoria était beaucoup plus mignonne que Lullaby à son age. Celle ci ne s'en rendait pas compte, ou alors cela lui était égal, d'être dépassée en beauté. Elle pensait ce qu'elle disait, mais se détachait des mots au fur et à mesure qu'elle les formulait. Elle haussa les sourcils soudainement. Elle ne se rappelait même pas avoir parlé de lui, à ses parents.

    "Oh, si on veut... Mais il est gentil, tu verras."



_________________

# ιт'ѕ נυѕт ємσтισηѕ ωє ιηνєηт. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Lace
Openly not ~ Honneteté
avatar

Féminin Nombre de messages : 42
Age : 26
Age perso : 16ans
Péché : Avarice
Vertue : L'Honnêteté
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: je propose un dépot_vente. Ou un bucher.   Dim 4 Mai - 3:01

A l'évocation d'une chose qui ne s'achetait pas, la gamine eut comme un pincement au cœur. La terrible sensation que Lullaby venait d'insulter un tas de billet, tas de billet qui s'avérait être de meilleur compagnie que quiconque sur cette planète pour Victoria. Mais évidemment un tas de billet sa n'existe pas, alors pourquoi sa blessait autant la gamine ? Sa la vexait aussi, qu'on eût osés parler de son paquet ainsi. Mais se rendant bien vite compte que c'était une vision des choses propres à son péchés, et sans quoi que se soit de rationnelle, Vicky préféra se reporter sur le côté sentimentale de la chose, s'évertuant à chercher et prendre tout ce qu'il y avait de bon dans les paroles de ça grande sœur, pour que l'estime qu'elle lui portait remonte un peut plus, ne supportant pas de ne plus l'adulé.
Alors elle chassa la côté 'argent' de la phrase qu'elle considérait dans ce sens la comme fausse, puise qu'à ces yeux, rien n'était inachetable.
En admettant que l'amour l'était. Elle espéra que c'était sa que lui proposait sa sœur.

| A se moment la, se serrait probablement le cadeau que j’aurais reçu portant en le plus de valeur. Répondit-elle sans pour autant vraiment y croire. Sa remontait à trop loin pour qu'elle se souvienne qu'elle effet sa faisait de ressentir de l'amour fraternel.


Victoria se décida enfin à descendre les dernières marches qui s’offraient devant elle. Se n’était pas tellement pour traverser la toile invisible mais plutôt pour apaisé l’orage qui grondait dans sa tête. M’enfin si Lala voulait bien imaginer une seule seconde que c’était pour se rapprocher d’elle que sa sœur avançait, sa arrangeait bien cette dernière. Dans un certain sens il y avait un peut de ça aussi, mais elle n’y serrait pas allez naturellement. Alors cette excuse valait bien le coup.

| Je vais à la cuisine la coupa elle.

Elle tourna alors tout de suite à droite après avoir descendu les marches et entra dans l’immense cuisine, faite de façons américaines. Tirant d’un placard noir elle attrapa un verre qu’elle remplie avec l’eau du robinet. Et puis attrapant ailleurs elle prit un médicament qui apaiserait ces douleurs. Elle fit ça de façon discrète au cas où sa sœur arriverait et verrait la pilule ce qui lui donnerait tout de suite une idée. Ce à quoi voulait échapper le plus longtemps possible l’adolescente, s’aimant à croire qu’aujourd’hui, jour de son anniversaires, lorsqu’elle avait ouvert les yeux ce matin, tout se serrait alors rétablis dans le cosmos, comme lorsqu’elle était qu’une enfant, et que tout allait bien.
Malgré la différence de pièce Vicky entendit grâce à la résonnance et au manque de porte – un autre effet design de la passion de leur mère -. Une fois le cacheton placer sur sa langue, elle laissa l’eau s’infiltrer et noyer le médicament qui glissa le long de sa gorge.
Elle revint alors se poster dans l’encadrement de la porte, appuyé sur le côté gauche, les yeux rivés sur sa sœur, qui observait encore le hall d’entrée, plein de futilité hors de prix.
Aussitôt elle posa les yeux sur Lala et répondit un peut plus spontanément que les fois prétendante, sur un ton qui exprimait déjà plus une conversation assuré au lieu d’être hésitante.

| Je n’ai pas encore eu l’occasion de l’essayer. Je venais de finir de me préparer quand tu es apparue. Les clefs doivent probablement être dessus. Je comptais flâner avec dans la ville puise qu’il ne neige pas aujourd’hui.


Soudain tout en regardant sa sœur, elle se dit qu’il serrait peut être plus simple de retrouver ces rires d’enfance qu’elles avaient put partagés si elle se forçait un peut.
C’est pourquoi elle continua. S’étonnant presque de devenir bavarde en sa compagnie se souvenant seulement des rares fois ou elle était revenue de sa pensions lorsque la grande était encore au foyer, et qu’elle l’ignorait spectaculairement.


| Peut-être voudrait tu venir avec moi. On se ferrait une toile. – une qui cette fois ci n’était pas invisible – Et au retour je te passerais les clefs si tu souhaites la conduire.

Elle lui envoya un sourire encourageant, laissant presque croire que tout ça lui était naturel plutôt que forcé.
Elle le regretterait seulement se soir, d’avoir un peut mentit. Fichu Vertu.

| Et bien, en réalité entre temps j’ai changés de pension. Elle préféra éviter de parler de la premières, souvenir désagréable dont sa sœur n’était pas au courant. De plus un convent intimé forcément une sorte de punitions, et aux yeux de la plus grande, Vicky n’avait jamais fait de bêtise assez grave pour sa. C’est la deuxième où j’ai passé le plus de temps que s’avoua être des plus agréables.
Une fois de plus elle afficha un sourire, mais cette fois ci sincère.
Sautant le paragraphe de la beauté parce qu’elle n’avait pas envie de se sentir obliger de lui renvoyer le compliment – autrefois sa aurait été si simple mais désormais la beauté physique ne suffisait plus à Victoria pour trouver sa sœur belle – elle enchaina immédiatement sur le prétendant.
| J’espère l’apprécié. Après tout, il est promis à être mon beau frère !

Elle insista sur les thermes Promis et Beau frère. Comme pour exprimer à sa sœur que cette fois ci elle aimerait que se soit la bonne. Et puis le ‘oh si on veut’ n’exprimé rien de bon.

| C’est papa qui en à entendu parler par un de ces ami au travaille qui fréquenté le Cabaret. Se senti elle obligeait de rajouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lullaby Lace
Smile and wait ~ Calme
avatar

Féminin Nombre de messages : 35
Age : 28
Age perso : 19 ans.
Péché : Gourmandise
Vertue : Calme
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: je propose un dépot_vente. Ou un bucher.   Dim 4 Mai - 3:32


    Elle se demanda si le fait d'aller à la cuisine était un moyen d'éviter de se retrouver plus longtemps dans la même pièce qu'elle. De nouveau, cette vague de mélancolie l'envahit sans qu'elle puisse l'en empêcher ou déterminer exactement sa provenance. Etait-elle donc attristée à ce point d'avoir une soeur qui lui était inconnue, alors même qu'elle l'avait en face d'elle ? Et qui, par dessus le marcher, ne pouvait pas, apparement, la supporter ? Il fallait croire que oui. Elle ne se rappelait pas non plus la capacité accoustique des pièces de la maison. Ni que sa mère avait eu l'idée saugrenue de mettre des chaises alignées contre le mur du hall. Elle s'y assit néanmoins avec un soupir, en attendant sa soeur qui faisait couler l'eau. Elle s'aperçut soudain qu'elle haissait cette maison. Et cette découverte la prit avec une telle force qu'elle en eut un hoquet. Elle savait désormais que ce qu'elle ressentait lorsqu'elle regardait les meubles Fen_Shui de la pièce. Pas de la rancoeur, de l'amertume. Un simple dégout, incroyablement puissant. Et sa soeur n'y était pour rien, par ailleurs. Si ce n'était que c'était sa jeunesse qui avait fait croire à ses parents qu'elle avait besoin d'une grande soeur. C'était d'ailleurs peut-être le cas. Elle inspira un grand coup. Elle se sentait mal sur la chaise toute droite, mais en avait assez de rester debout.

    Et puis d'un seul coup, l'atmosphère changea. Elle parla de la voiture, et redevint l'enfant enjouée, sympathique, qu'elle avait aimé, aimait toujours sans aucun doute. Le redevint à moitié, mais c'était déjà ça.


    "Ce serait génial ! Parce que, tu vas être contente de l'économie, mais ça fait quand même deux ans que je ne prends rien d'autre que le métro. Sauf quand on me dépose bien sur. J'adorerais me promener avec toi. "

    Et c'était vrai, elle en fut même surprise. Elle ne débordait pas d'autant d'entousiasme, mais elle esperait retrouver les plaisirs simples, d'avant. Pour peu qu'il soit possible d'être simple et modeste dans cette famille pourrie de Bourges. Autant qu'elle s'en souvenait, les sorties ne s'étaient jamais limitées à un bête pique-nique. Non c'était toujours, saut en parapante, diner au Plaza, Galas, enfin, tout ce qui ne l'avait jamais interressé. Sauf pour ses papilles bien sur. Mais, et cela l'étonnait de le penser, il n'y avait pas que la nourriture dans la vie. Et même, elle pouvait être bonne sans être couteuse, ou cotée.

    Et...Et elle avait pensé éviter le sujet de son "fiancé" son père avait sans doute été un peu trop entousiaste, et peut-être, euh...Confiant. Cela la gênait aussi qu'il ait un ami qui fréquente son cabaret. Elle essaierait de trouver le nom de l'ami en question, histoire de savoir si c'était l'un des gateux dégoutants qui l'abordaient après chaque représentation.


    "Eh bien...Ca ne dépent pas que de moi, tu sais. Mais il me plait bien, j'espère pouvoir le garder au moins jusqu'à ce qu'on puisse juridiquement l'appeler ton beau_frère."

    L'entendrait-il que probablement, il serait mort de rire. Ou bien pas, il était trop indolent. Mais au moins aurait-il un sourire amusé. Pourtant, peut-être qu'elle l'esperait vraiment.


_________________

# ιт'ѕ נυѕт ємσтισηѕ ωє ιηνєηт. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Lace
Openly not ~ Honneteté
avatar

Féminin Nombre de messages : 42
Age : 26
Age perso : 16ans
Péché : Avarice
Vertue : L'Honnêteté
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: je propose un dépot_vente. Ou un bucher.   Dim 4 Mai - 4:11

Assise sur une des pauvres chaises qui avait rarement l'occasion d'être utilisé, la sœur de Vicky paraissait un peut mal à l'aise. Et en même temps, la plus jeune pouvait le comprendre. Le jour de ces retrouvailles avec le foyer familiale, elle avait eut du mal elle aussi à se sentir bien malgré que leur mère eut tout fait pour rendre l'ambiance décontracté, zen sans pour autant être moche. Mais sûrement le surplus de blanc qui n'évoquait pas pour autant un hôpital était à l'origine de ça.
Mais aujourd'hui, l'ado ne regretta pas le gout de sa mère, grâce à cet océan de blanc, la mélancolie de Victoria se dissipait peut à peut. Comme se matin lorsqu'elle essayait de se rendormie mais que malgré ces yeux clos la lumières parvenait à l'éblouir pour la sortir de sa léthargie.

Le soudain semblant enthousiasme de Lala ravit la jeune fille. Sa fissura un peut plus, comme prévu, la toile invisible. Finalement à renfort de petite attention, sa finirait par devenir naturelle tout sa. Les liens du sang reprenait le dessus !
Mais il ne fallait pas trop espérait non plus. Rien ne pouvait que la femme se tenant dans le hall était sobre de toute substance. Que se soit aujourd'hui ou pour toujours. Et on était jamais loin d'un drame chez les Lace, bien qu'ils ne soient pas les prient à ce sujet la.


| Et bien parfait. Ajoutât elle un peut plus heureuse encore que la fois précédente. Quand au métro, je ne sois pas sur qu'il soit plus efficace que les pieds pour les économies m'enfin c'est sur que se doit être bien moins couteux que le petit bébé qui m'attend dehors !
Elle laissa échapper un petit rire, léger et juste plaisantaint.
Vicky n'avait aucune idée de l'heure qu'il était mais maintenant qu'une présence était la - bien qu'un peut étrange - la mélancolie qui 'était installé dés son réveille se dissipé peut à peut. La migraine aussi, mais sa c'était sûrement à cause du comprimé plus que de la situation actuelle.

Avançant à nouveau vers les escaliers blancs, elle en gravit les deux premières marches et s'arrêta pour écouter sa sœur parler de son amant. Finalement elle avait l'air de l'aimait plus qu'elle n'en avait fait paraitre la première fois. Tant mieux.

| J'espère surtout que lui m'aimera bien.

Après tout sa aurait été idiot qu'entre elles deux tout redevienne exactement comme avant, qu'elles s'aiment et se respectes comme deux sœurs et qu'un homme, aussi secondaire soit il aux seins de la famille, vienne tout gâcher. Comme une boucle vicieuse qui ne cesserait de vouloir tout recommencer, en prenant un soin particulier pour tout gâcher. Puise que ce ne serrait pas la première fois que sa arrivait.
Et même si les retrouvailles venait à peine de se faire, et que la tendresse qu'elle éprouvait pour sa Lala commencer à peine à recoudre les morceaux de la partie de son cœur qu'elle lui avait jadis réservait, c'était assez pour faire frissonnait la petite à l'idée que tout ne tenait qu'à un fil.

Plus elle observait sa sœur, plus elle était emplit de pitié. Elle ne se sentait pas chez elle, et si la gosse n'y mettait pas du sien pour l'aider, la traitant comme une inconnue, sa ne l'aiderais probablement pas. Alors elle se décida à lui rappelé qu'ici, c'était chez elle, comme sa l'avait été pour Vicky ou pour leur parents.

| Tu sais, ta chambres est toujours au même endroit... Enfin je ne sais pas si tu à l'intention de rester... mais rien n'a bougé. Il me semble que Papa et Maman entretenait toujours une sorte d'espoir quand à ... Enfin...Si tu à perdu le chemin, je suis prête à te le rappeler, c'est sur le mien !
Tenta-t-elle de plaisanter maladroitement pour se rattraper de ce qu'elle avait fahit avoué et qui aurait tout gâché à la situation actuelle.
Comme si on était en train de soigner une blessure et qu'un léger geste pouvait tout faire déraper, faisant de nouveau saigné la plaie.

| Je pourrais t’aider à déballer tes affaires.
Bien qu’a première vue, elle n’allait pas voir besoin de beaucoup d’aide.
Le premier tiroir de sa commode suffirait à tout ranger. Qu’allait elle donc faire de l’énorme pièce adjacente à sa chambre réservait à ces vêtements ?
En tout cas, celle de Victoria était pleine. Et sa n’était rien qui sortait de sa poche, tout provenant du porte monnaie de papa et maman. Un des avantages d’être devenu fille unique durant un temps dans la famille !

_________________
Avare de ce qu'elle pouvait compter. $

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lullaby Lace
Smile and wait ~ Calme
avatar

Féminin Nombre de messages : 35
Age : 28
Age perso : 19 ans.
Péché : Gourmandise
Vertue : Calme
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: je propose un dépot_vente. Ou un bucher.   Dim 4 Mai - 16:18



    Elle avait observé sa soeur, ce semblant de temps ou elle la voyait évoluer autour, en face, ou à coté d'elle. Certainement, elle n'avait pas éxagéré tout à l'heure, elle était vraiment mignonne. Belle viendrait sans doute un peu plus tard, lorsque les derniers traits enfantins de son visage se seraient estompés. Elle fut également étonnée par la ressemblance qui les frappait toutes les deux. Oh, bien sur, elle avait l'air d'un brouillon, à coté d'elle, et le fait qu'elle soit née en premier allait dans ce sens. Sans parler du fait qu'ici tout était tellement blanc que sa peau paraissait grise. Malade. Alors que celle de Vicky restait d'une perfection ivoirine. Elle se contenta d'observer ces choses sans aucunement les commenter, de tête comme de vive voix. Une minute de plaisir valait mieux qu'une belle peau, c'est comme cela qu'elle le voyait.

    " Haha, tu as sans doute raison, mais ça valait le coup, un bijoux comme ça. Et rien ne t'empêche quand tu en auras assez, de le revendre encore plus cher, je sais que tu sais le faire. "

    Elle avait dit cela en souriant, et dans le même temps, elle se disait que la bagnole devait consumer un maximum d'essence. Futile gaspillage, et tout à fait anti_écologique, mais la classe sociale des deux soeur n'était pas de celles qui se souciaent de l'écologie, surtout dans une ville viciée comme pouvait l'être Tsumi. Bientot, il faudrait mettre des masques pour sortir dehors, pensa-t-elle avait mélancolie. L'odeur sâle et âcre de la polution lui infestait l'odorat, et, sensible de ce point de vue là, probablement à cause de sa gourmandise, elle ne le supportait pas.

    Elle avait fait allusion aux aptitudes boursières de sa soeur. Il y avait longtemps déjà qu'elle se doutait que c'était sans doute elle, et non son père, qui en tirant les cordons réalisait les plus gros bénéfices. Elle avait un don, pour ça, pour évaluer, prévoir. Un don qu'elle possédait à vrai dire elle aussi, et dont elle se servait pour spéculer, et gagner, dans les salles de jeu. La bourse lui avait semblé trop fade, moins haute en couleur alléchante qu'une partie de poker, par exemple.

    Les esperances de Victoria quand à son < Futur Beau_frère > la rendirent perplexe. D'une part, elle s'étonnait de l'interet que portait sa soeur à un amant occasionel inconnu de sa grande soeur, presqu'aussi inconnue, d'autre part, elle ne savait que répondre à cette information. Elle savait qu'il n'aimait que lui. Ou presque. Qu'il avait un caractère étrange.

    "Il est assez orgueuilleux, tu sais. Mais il n'a aucune raison de ne pas t'aimer, ne t'en fais pas. Et si ce n'est pas le cas, je le frapperais jusqu'à ce qu'à ce que cela le devienne."

    Elles savaient l'une et l'autre que Lulla ne serait pas capable de mettre en oeuvre ce genre de violence, ce n'était qu'une facétie, mais à vrai dire, elle lui en voudrait sans doute beaucoup de ne pas apprécier sa soeur, et par là même de foutre la merde entre les deux, passez l'expression. Elle se demanda si un jours ils seraient une grande et heureuse famille. Et cette pensée était en soi inhabituelle, car Lala ne regardait jamais vers l'avenir. Il n'y avait que le présent, et un arrière_gout de passé.

    Et puis, elle avait vu juste quand à l'endroit ou elles se trouvaient. Il lui était froid, hostile, inconnu. Il en devenait presque douloureux, voir détestable. Et voilà qu'elle s'offrait de devenir un guide dans la douleur. Qui s'atténuerait alors sans doute jusqu'à devenir de la simple nostalgie. Elle l'esperait. Elle ignora la remarque concernant son départ, ayant constaté que c'était un point gênant pour la brunette. Elles auraient l'occasion d'en reparler si elles en avaient envie en même temps.

    "Avec plaisir. C'est vrai que je m'y retrouve plus. Et pourtant, rien n'a tellement changé..." Elle remarqua le regard que sa soeur portait sur son sac (Gucci) maigre en vêtements ou affaires de ce genre. "Oui, je compte gagner un peu d'argent et refaire ma garde_robe prochainement. De plus, il y a encore des vêtements dans ma chambre."

    Elle n'osa pas dire qu'elle pensait qu'ils ne lui iraient surement plus, tant elle avait maigri. Il vaudrait même sans doute mieux qu'elle pioche dans la garde_robe de sa soeur, elle devait avoir perdu une taille ou deux. Qu'importe. Elle se rachèterais ce qui lui plaisait. Ce n'était de toute façon pas les moyens de gagner, ou de prendre, de l'argent qui manquaient.





_________________

# ιт'ѕ נυѕт ємσтισηѕ ωє ιηνєηт. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Lace
Openly not ~ Honneteté
avatar

Féminin Nombre de messages : 42
Age : 26
Age perso : 16ans
Péché : Avarice
Vertue : L'Honnêteté
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: je propose un dépot_vente. Ou un bucher.   Dim 4 Mai - 17:19

Le revendre était en effet une solution. Bien que cela blaiserait les parents. On lui avait toujours apprit que refuser un cadeau était malpolie tout comme s'en débarrassait ensuite, même au bout d'un temps, était mal élevé. Et, Oh, malheur que sa aurait été si les Lace avaient engendrés une salle gosse. Une deuxième, puise que le première avait eut quelque défaut.
Et d'un certain côté il n'était pas exclu que dorénavant, à chaque année passé il lui offre un autre engin, avec quelque zéro s'ajoutant au prix de base au fur et à mesure que Victoria gagné des années.
Ne l'ayant pas eut tant que sa à la maison il n'avait eu guère le temps, bien qu'un peut plus que la sœur, de se rendre compte des choix et des gouts qu'elle faisait et suivait, respectivement.
Maintenant qu'elle était en âge de conduire, c'était l'occasion rêvée pour ne plus hésiter et choisir la vois de la simplicité tout en appuyant sur le faite qu'avec les années elle avait droit à plus beau, plus puissant et puis cher, en conséquence.

| Je me demande jusqu'à combien peut pousser le compteur de cette bagnole...

Sûrement n’aurait-elle jamais l'occasion de l'essayer. Bien que la cotions n'aurait pas été un problème.
Et puis maintenant elle avait sa sœur pour couvrir ces arrières. Celle ci étant majeure.
M'enfin connaissant le caractère de la plus jeune sa aurait été inutiles car au retour des parents, elle n'aurait pas put s'empêcher de cracher la vérité bien que cela lui donne des problèmes.

Ecoutant alors sa sœur parler de son fiancée, Vicky comprit qu'il avait probablement une tendance orgueilleuse et que donc, son péché devait également en être. Zut, elle n'aimait pas spécialement sa. Mais en règle générale, s'il ne touchait pas à la famille, ou plutôt, à son argent, alors il n'y avait pas de raison qu'elle le déteste.
Victoria n'était pas du genre à avoir des ennemies, même quand certaine personne ne pouvait pas se l'afficher, elle ne sente rien en retour si ce n'était de l'indifférence. Mais il était évident que dés qu'il s'agissait d'argent, surtout quand c'était extérieur à la famille, elle pouvait devenir très chiante, étant incapable de devenir dangereuse - si ce n'était avec des bébés -.
L'avare fut une fois de plus bien heureuse d'entendre sa sœur la défendre.
C'était tellement trop qu'elle en vint à se demander si c'était calculé ou non. Il ne fallait pas trop vite déposer les armes, et Lulla avait peut être plus d'intérêt à briser la toile, puise que de soin côté elle n'avait rien, pour pouvoir tout prendre à Vicky, qui elle avait tout.
Cependant ca n'était pas très polie de juger ainsi quelqu'un en qui elle devrait avoir une éternelle confiance en vue des événements passé.
Et pus au début, elle aussi était un peut hypocrite. Et plus elle se forçait à paraitre agréable, plus cela devenait naturelle. Espérons que pour la grande, sa fonctionnait pareille.

| Parfait, dans ce cas moi je creuserais un trou au fond du jardin, au cas où tu y va un peut plus fort que prévu. Elle lui envoya un sourira amusait, et sincère, une fois de plus. Contente de sentir son corps se détendre et sa conscience s'apaisé.

Victoria prit la peine de grimper quelque marche de plus, invitation pour Lulla à la suivre.
L'habitation était si grande que c'était compréhensible qu'après tant d'absence on ne s'y retrouver plus. Et puis les pièces était toute similaires, construite de la même manière, arborant presque les même décorations.
La gamine avait noté que la marque du sac n'était pas des plus anodine et sa l'étonna que sa sœur se trimballe avec sa, et surtout, ait de quoi se l'offrir. Elle n'imaginait pas qu'un cabaret puise assez payé parce qu'en effet sa mère avait acheté le même, et si elle n'avait pas eut ces revenues sa lui aurait couté trois salaires.
Il était bien sur évident que le mineur ignorait tout des vices que la majeure avait concernant les jeux et l'argent.

| Je pourrais peut-être te prêter quelque vêtement en attendant. Maman à toujours eut besoin de compenser le faite que je sois loin d'elle m'achetant un tas de vêtement, qu'évidemment je n'ai jamais portés.
Ils sont tous du côté gauche de ma penderies, tu n'auras cas te servir.
Elle marqua une pause et sentit le besoin de rajouter, par fierté que c'était évidemment des vêtements de marques.


En grimpant les escaliers elle continua de parler, son caractère reprenant peut à peut le dessu.

| L’été dernier, durant mon séjour à Paris, j'ai fait les boutiques avec Maman le long de l'avenue des champs Elysée. C'était magnifique. J'ai acheté, pour lui faire plaisir, une robe rouge Dolce Gabana - c'était le moins chère entre toutes les boutiques - Et puis dans cette folie qui m'avait pris, j'en avais profité pour acheter les escarpins qui allaient avec.
Mais tu me connais. -enfin, l'espérait elle - Je ne mets que des Converse. Alors j'ai ramené les chaussures, elle elles sont resté dans les boîtes sans que jamais je ne prenne la peine de les enfiler. J’aurais trop peur de tomber.

En parlant elle avait continuait sa route, le long de l'énorme couloir. Imaginant que sa sœur la suivait. Elle ne c'était pas non plus arrêté devant la chambre de la grande, et avait continuait tout droit pour attendre une porte qu'elle avait ouvert. Illuminant alors la pièce, on y découvrit une pièce de la taille d'une salle de bain, avec tout le long d'énorme tiroir, placard, penderie. Et beaucoup de miroir. Chaque chambre était doté d'une pièce comme celle ci à l'étage, ormins celle des invité évidemment. Mais eux ne dormait pas en haut, c'était réservé au Lace. Tout comme chacun d'entre eux disposé d'une salle de bain personnelle.
Si elle ne c'était pas arrêté c'était parce qu'elle voulait immédiatement montrer les chaussures à sa sœur. Elle tira un tiroir avec force. Il était sur lourd. On y découvrit Alor une multitude d paire de chaussure, tout neuves, de toutes les couleurs et touts les motifs existant probablement, de la même marques, rangés et alignés à la perfection.
Seule une boite avec sur le couvercle le D et le G croisée ne se ressemblait à rien des autres boites.

Victoria la prit et se retourna en terminant | Je te la donne, si tu fais la même pointure. J'ai dans le souvenir que tu avais de petit pied. Elle la tendit à sa sœur -qui l'avait suivie je l'espère -.

_________________
Avare de ce qu'elle pouvait compter. $

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lullaby Lace
Smile and wait ~ Calme
avatar

Féminin Nombre de messages : 35
Age : 28
Age perso : 19 ans.
Péché : Gourmandise
Vertue : Calme
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: je propose un dépot_vente. Ou un bucher.   Jeu 8 Mai - 3:45

    Elle se rendit compte qu'elle mourrait d'envie de faire une balade dans cette voiture. Pas seulement pour maintenir un semblant de conversation, ni pour faire plaisir à sa soeur. D'ailleurs, qu'est-ce qui prouvait que cela lui faisait bel et bien plaisir ? D'abord, c'était parce que c'était cette voiture, et pas une autre. Le cabriolet rouge avait en effet des allures de bonbon, et il était évident que Lullaby ne la considérait ni plus ni moins que comme telle. De plus, elle avait été privée pendant deux ans de la démesure à laquelle l'avait habituée ses parents. Oh bien sur, on lui avait fourni une toute autre sorte de démesure, à son gout, et à celui de sa bouche, il fallait bien l'admettre. Mais sa gourmandise récquierait une autre forme de démesure, celle qu'on ne pouvait obtenir qu'avec de l'argent, et sans scrupule. Exactement ce que pouvait lui fournir cette voiture. Elle pensait cependant qu'elle ne lui plairait pas, à lui. Il ne supporterait sans doute pas qu'on accorde plus de regards à la bagnole qu'à lui même. Peut-être que si un jour il était agaçant, elle se pavanerait avec sous ses yeux doux. Enfin, ils ne le seraient pas à ce moment là. C'était en tout cas décidé, elle se trouverait également ne voiture de cet acabit. Il lui suffirait de parier suffisament gros.

    "Au moins un petit 18o. Ca va être un plaisir d'aller sur l'autoroute avec ce bijoux."

    Non pas que Lullaby soit particulièrement adepte des grandes vitesses. Loin de là. Son incapacité à courir sur une surface parfaitement plane sans se casser lamentablement la figure n'incitait pas à ce genre de pratique. N'oublions pas qu'elle avait du repasser trois fois son permis de conduire, et rembourser par deux fois la voiture qu'elle utilisait alors, ayant réussi à la détruire dans les deux cas complètement, manquant d'écraser bon nombre d'êtres vivants, et à chaque fois d'une manière différente. Pour ce qui était de manquer d'adresse, elle ne manquait, ou son corps ne manquait, en aucun cas d'originalité. Cette vitesse était peut-être simplement le reflet du tournant qu'elle souhaitait voir sa vie prendre (enjoy 8D). Elle ne pouvait plus de cet écoulement languissant, ondoyant, collant sinueux, et surtout trop lent, de sa vie. Elle ressemblait en cela à du miel. En cela seulement. Malgré sa naissance et sa fortune, elle était loin d'avoir la vie dorée des magasines, ou l'on voyait la vie en rose, et ou on mourrait d'overdose. Cette mort là, Lulla ne l'imaginait d'ailleurs même pas. Tsumi avait cette particularité que le pêché qui nous possédait nous rendait plus fort. En nous blessant certes, mais pas en nous tuant.

    De nouveau des allusions à son prétendu prétendant, et c'était le cas de le dire. Elle ésperait le sujet clos, ce n'était pas le cas. Cela dit, la remarque de sa soeur la fit éclater de rire. Un rire vrai, pas un sourire, pas un gloussement aussi faux que les perles incrustées dans le meuble devant lequel elles passaient l'étaient (très tendance, mais pas moins moche que ça l'aurait été si ça n'avait pas été à la mode.) non, un éclat de rire. Elle trouvait sa soeur drole. Oui, cela paraissait ridicule de s'attarder sur ce genre de détail, mais elle avait à vrai dire presque oublié l'humour frais et limpide de sa soeur, qui contrastait avec éclat (ça devenait une habitude) avec le cynisme qui lui tenait de second degré. Enfin, il devenait à vrai dire parfois trop limpide, ne serait-ce qu'à cause de cette fichue honneteté. Non pas qu'elle lui en ait un jour voulu par ailleurs. Elle avait presque pitié de sa soeur qui était encombrée d'une aussi gênante vertue, ou en tout cas dans bien des situations.

    "Ne vas pas salir tes adorables mains. On se contentera de le jeter dans un lac."

    Elle eut à nouveau envie de rire (ce devait être maladif) lorsqu'elle songea qu'elle accablait déjà le pauvre jeune homme de projets d'homicide. Non pas qu'elle pensait avoir un jour envie de l'assassiner. Elle pensait plutot au contraire, n'était-ce pas elle, la riche héritière ? Enfin, pour en revenir à sa chère soeur, le commentaire sur ses mains n'avait rien de surfait. Elle était d'ailleurs assez satisfaite, puisqu'elle avait les même, fines, parfaitement manucurées (et cela datait du cabaret à vrai dire, elle ne prenait avant qu'un soin limité de sa personne, se contentant de mettre ce que sa mère - qui après tout suivait la mode - lui recommandait de mettre.) et effecivement adorable. C'était d'ailleurs bien chez elle une des seules choses qu'on pouvait qualifier d'adorables.

    Elle la suivait toujours, sa soeur babillait, sans doute parce qu'elle l'estimait nécessaire, elle n'était pas du genre à gaspiller sa salive et son élocution élégante, pour une fille de son age, sans raison. Se servir dans sa penderie ? Allez, pourquoi pas. Il serait assez tot temps de se refaire une garde robe, puisqu'elle avait commis l'idiotie de laisser une majorité de ses vêtements au troquet.

    "Je te remercie. Et ça ne m'étonne pas de Maman. De toi plus, par contre. Des escarpins, je ne t'ai jamais vu avec autre chose que des conve...Voilà, c'est ce que je disais."

    Elle se rappelait maintenant avoir vu trôner les fidèles Converses dans le bac à chaussure. Elle s'étonna de se rappeler autant les habitudes de Vicky. Cela faisait si longtemps...

    "Pour ce qui est de se casser la figure, je suppose que c'est de famille. Tu me connais, toi aussi. Incapable de descendre un escalier correctement. Celui là ne devrait pas faire exeption tout à l'heure quand je voudrais sortir."

    Elle regarda un instant la boite sans rien dire, puis la lui prit doucement des mains. Elle en retira le couvercle avant d'y trouver les chaussures qui sans aucun doute n'iraient avec aucune de ses tenues. Aucune importance, pour porter de telles merveilles, elle ferait le sacrifice de quelques liasses pour une robe conséquente.

    "Elles sont superbes. Merci. Je pense qu'elles m'iront effectivement."

    Elle ota l'une de ses propres chaussure. Avant d'enfiler l'escarpin qui y correspondait. Un peu juste. Mais ça irait, elle n'en creverait pas. Elle la retira et la remit dans la boite en compagnie de sa consoeur. Puis poussa un léger soupir avant de regarder autour d'elle. Retrouver sa soeur était une chose, mais cette maison hideuse, elle ne s'y ferait jamais. Ses parents avaient interet à revenir vite avant qu'elle ne craque et ne casse tout, en hommage au bon gout qu'on avait tendance, au profit de la richesse, tendance chez les Lace Seniors, à oublier.

_________________

# ιт'ѕ נυѕт ємσтισηѕ ωє ιηνєηт. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Lace
Openly not ~ Honneteté
avatar

Féminin Nombre de messages : 42
Age : 26
Age perso : 16ans
Péché : Avarice
Vertue : L'Honnêteté
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: je propose un dépot_vente. Ou un bucher.   Jeu 8 Mai - 14:48

Cent quatre vingt kilomètre était de la folie. De toute façon il était interdit de conduire à un t'elle vitesse. Mais je doute que sa empêcherait la jeune fille de s'y essayer. Elle était tellement excité quand la vitesse fouetté son caractère.
Et puis, pour elle sa ne c'était pas exactement passé comme sa sœur. Elle avait passé son permis en une fois, mais sa n'était pas étonnant puise qu'elle était quelqu'un de sérieux. Sa ne lui avait pas parut très dur et elle n'avait pas compris, sur le coup, pourquoi Lulla l'avait repassé autant de fois, enfin plutôt, pourquoi elle était rentré dans autant de passant/objet ou mur. Pauvre voiture. Pauvre homme assis à coté d'elle.
Elle devrait donc pouvoir conduire cet engin avec une plutôt bonne dextérité. Et si êtres ensuite à coté de sa sœur ne la rassurait pas tellement, elle espérait qu'avec le temps elle c'était assagit et savait vraiment complètement magner ce genre de bagnole. Il aurait été idiot de mourir si tôt, si jeune, alors qu'elle n'avait encore quelque million sur son compte en banque. En plus, elle n'avait pas encore écrit de testament et à la simple idée que tout cela revienne à de gens qu'elle n'avait pas choisie, elle se battrait avec la mort jusqu'à ce qu'elle puise enfin décédé en paix.

|J'espère que tu ne l'abimeras pas. J'ignore à quel nom est l'assurance qu'ils on prit.
Elle lui envoya un sourire qui se voulait amusée, mais il ressemblait plus à quelque chose d'hésitante de rassurant -pour soit même-.

Au sujet de ces petites mains, elle lui envoya un autre sourire -heureusement qu'elle avait l'habitude sinon elle en aurait vite mal à la mâchoire - Et puis de sa gorge s'extirpa un petit gloussement. L'idée du lac lui plaisait bien, mais de toute façon, personne ne tuerait personne. Et puis ce n'était sûrement pas Victoria qui s'amuserait à se débarrasser du corps, elle était trop honnête pour ne pas craindre qu'elle avoue tout du premier coup, quand à la manière dont elle s'y était prise.
Elle s'empressa aussitôt de lui avouer le fond de sa pensé.

| De toute façon, je ne suis pas bonne complice. Tu devrais plutôt demander à un menteur, je pense que pour notre avenir judiciaire c'est préférable !

Elle laissa -encore et encore - échapper un nouveau rire.
C'est la qu'elle se rendit compte que les deux jeunes filles était proche, et que la toile avait sûrement était totalement craqué. Elle gisait par terre froissé et déchirait par endroit, se refusant de disparaitre pour que les souvenirs du passé continuent de torturer l'avenir de l'adolescente.


| Oui, m'enfin je ne suis pas aussi étourdit que toi, moi je fais attention ou je mets les pieds ! Se moqua t'elle un peut. Oh elles te vont super bien, sa te fait un jolie pied ! Finit-elle par ajouter en voyant sa sœur enfiler la chaussure. Et puis, inutile de douter de sa sincérité. C'était au moins un point positif - pour les autres plus que pour elle - de sa vertu.
| Bon je vais finir de me préparer.

Elle ouvrit une seconde porte dans la penderie, celle si donnait directement sur sa salle de bain, et juste en face, une dernière porte donnait sur sa chambre. Chez les Lace, toutes les minis résidences privés était lié par une multitude de porte qui donnait sur des pièces et des pièces et des pièces. Autant dire que s'il y avait un assassin qui se glissait pour traquer Victoria, elle avait plutôt intérêt à penser à verrouiller toutes les portes et se cacher dans un tiroir de sa penderie. Ou dans les toilettes du bat, seule pièce qui n'était commune avec rien.
Dans sa salle de bain, elle s'appliqua à coiffer ces cheveux qui n’étaient pas encore monté comme il le fallait. Elle y accrocha une barrette, et puis deux de chaque coté sa touffe rebelle, puis se passa un coup de crayon et de far à paupière sur ces yeux sans intérêt. Pas comme sa sœur.
Enfin elle attrapa quelque bijoux dans un des tiroirs et ce les mis, au cou, aux poignets, aux oreilles.

Elle ne prit qu'à peine une dizaine de minute pour faire ça, c'était un quotidien auquel elle avait prit gout.
Victoria ne s'inquiétait pas de se que sa sœur pouvait faire, sûrement regardé elle les nombreux vêtements de la garde de robe de la plus petite, et cela lui prendrait du temps.
En ressortant de la salle de bain, elle annonça fièrement.

| Voila je suis prête ! Allons conduire ce bolide !

_________________
Avare de ce qu'elle pouvait compter. $

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: je propose un dépot_vente. Ou un bucher.   

Revenir en haut Aller en bas
 
je propose un dépot_vente. Ou un bucher.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cherche et propose Métamorph / Ditto + Echange Goupix *troll*
» [Recherche]Nosferapti Propose Arceus
» Opinions: Préval propose, la CIA s'oppose / par JER
» Patrick Lagacé propose la tutelle d'Haïti
» Martelly Propose la Fusion d'Haiti et de la Rep. Dom: Une Blague ou Realite?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsumi :: Le centre ville. :: Quartier Nord :: Résidence Lace-
Sauter vers: