Tsumi

Tsumi, la ville où les péchés sont plus que pardonnés...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Victoria Lace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Victoria Lace
Openly not ~ Honneteté
avatar

Féminin Nombre de messages : 42
Age : 26
Age perso : 16ans
Péché : Avarice
Vertue : L'Honnêteté
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Victoria Lace   Ven 2 Mai - 23:57

| Nom |
Lace. Victoria trouve que sa convient parfaitement avec son prénom, et elle est très fière d’avouer son Nom lorsqu’on lui demande.
|Prénom |
Victoria. Même s’il va bien avec son nom, elle aurait préférait quelque chose d’un peut plus mélodique. C’était si dur, sec Victoria. Sa faisait méchante cousine de walt disney.
Elle aurait aimé l’originalité que ces parents eurent trouvée pour lullaby. Mais se ne fut pas le cas. C’était en mémoire de la grand-mère lui semblait il dans ces souvenirs. Pourquoi cette idiote c’était appelé Victoria et était morte la même année ou elle était née ! Becasse. Son enterrement avait couté une fortune.

| Surnom |
Vicky est celui qu’elle ordonne aux autres d’utiliser. Puise qu’apriori c’est le seul qui est possiblement dérivable de son prénom. Ces parents, forcément n’aime pas des masses. Sa ne fait pas très riche. Alors que Victoria. Tout de suite on se doute des zéro qu’on peur rajouter derrières.
| Age |
3ans de moins que la grande. Faite le calcul, Vicky adore sa, compter.

| Famille | Les Lace sont sa famille, et ce n’est pas des moindres. Une des plus belles familles vivant sur la côte Nord. Un père, et un mère aimant, et qui s’aime, rien de plus souhaitable dans un lien pas toujours très seins à cause de l’argent.
Et puis une sœur. Et un beau frère apriori.

| Orientation Sexuelle | à Dire vrai, elle s’intéresse bien plus au homme qu’aux femmes du côté des sentiments, cependant, sexuellement n’ayant eu le loisir d’ne essayait aucun pour l’instant, elle l’ignore.

| Péché / Vertue | Avarice / Honnêteté

| Métier | Boursière. Oui à Seize ns je vous l’accorde, c’est étrange. Mais pistonné par papa, rien n’est impossible pour Victoria. Surtout quand il s’agit de calcule, elle est surdoué. Pensait bien qu’avare comme elle est, il n’y à qu’en ayant un peut plus chaque jour que dieu fait qu’elle se sentira apaiser de ces craintes.

|Quartier | Nord, évidemment. Un très bel appartement. Malheureusement durant des années elle n’eut pas l’occasion d’y mettre beaucoup les pieds. Seulement un mois l’était et une semaine pour noel.



|| ||

| Caractère |
Ignorant une fois de plus ces revendications, les parents de Victoria avaient décidés de profiter de leur argent pour faire une seconde lune de miel. Les arguments de la gamine n’avait pourtant pas manqué, passant par toutes les excuses. Mais ces parents voyaient toujours en elle la petite fille qu’il avait toujours connu, et on ne peut pas vraiment dire qu’elle faisait tout pour l’éviter, s’habillant bien souvent comme une gamine digne d’un manga. Alors lorsqu’elle évoqua le faite qu’un énième voyage diminuerait le plafond d’argent qu’il avait atteint, ils lui répondirent qu’elle n’avait pas à s’inquiétait et que elle aurait droit à un énorme cadeau pour son anniversaire. Qu’ils pouvaient êtres idiot, elle se fichait d’avoir un cadeau pour noel, elle voulait juste du liquide, beaucoup de liquide. Et si ces parents s’amuser à le gâcher dans des choses aussi éphémère, il lui serrait dure d’en avoir plus.
Peut importe, elle n’était pas à cour d’idée bien qu’elle savait pertinemment qu’aucun ne serrait bon pour les convaincre de rester. Elle s’essaya quand même à utiliser la carre des parents irresponsable qui l’abandonné dans un immense manoir aux mains d’une sœur au abonnait absent. Ce à quoi ils répondirent, en sortant la carte de la maturité quand sa les arrangeaient, « mais non, tu es quelqu’un de responsable de toute façon et ta sœur l’est d’autant plus … » bin voyons, une toxico c’était vachement utile pour résoudre un problème de maths au niveau des devoirs. « … Et puis, il y’a son amant aussi, c’est quelqu’un de bien ! » Evidemment, son amant. No comment.
Exaspérait de leur réaction enfantine, elle c’était refugiée dans sa chambre. En s’asseyant sur son lit, elle s’évertuait à se convaincre personnellement qu’elle été bien mieux que sa sœur. Et bien que les adultes aient toujours eux tendance à chouchouter la plus petite, c’était à la plus grande qu’il refiler leur carte bleu et leur chéquier.
Bien que d’un naturel enjoué, même un peut trop parfois, elle était quelqu’un de méthodique et de réfléchie. Chacune de ces actions étaient calculé. Au sens propre comme figuré. Elle essayait de faire en sorte que tout l’monde soit satisfait, y compris elle. Et elle essayait de faire en sorte que se soit elle qui est le pactole à la fin aussi. De la même façon qu’elle s’entêtait à compter le moindre centime qui s’envoler.
Avec sa sœur elle abordait un comportement détaché. Indifférente. Mais sa n’était pas non plus sa vertu et bien souvent son pêché reprenait le dessus. Sifflant qu’elle devait avertir sa sœur que l’argent ne tomber pas du ciel. Parce qu’évidemment en plus d’être joueuse et de dépenser des fortunes dans son extase personnelle, elle ne travaillait pas. Avec elle, sa ne faisait que descendre. Une flèche qui chutait indéfiniment et qui s’écraser violement sur un tas de billets qui éclataient et s’envoler, brûler. De façon à ce qu’il ne soit plus ni palpable, ni comptable.
Une courbe désagréable pour les yeux et les humeurs de l’avare qu’était Victoria.
Mais sa n’avait pas toujours était comme sa, autrefois, elle fanatisait carrément sa sœur. C’était son idole, sa star à elle. Mais vint se jour ou ces yeux commencèrent à mentir et son visage à souffrir. Aujourd’hui encore, la petite regrette amèrement l’époque ou elle entrait dans la chambre de Lala les yeux plein de larme, et que celle-ci la consolé et faisait tout pour lui faire oublier les mal aitres d’une gosse de 10ans.
Quand à l’amant, elle ne savait pas trop à quoi il servait réellement, peut persuadée que se soit entre le couple un amour parfait. Cependant, elle l’aimait bien, et s’essayait à en faire un grand frère. Un qu’elle aurait dut avoir, et qu’elle à fait disparait dans une mal droiterie qu’elle ne se pardonnerait jamais.
Quand à la pension, elle avait toujours était la bas une personne studieuse, intelligente et sociable. On voulait facilement se lier d’amitié avec elle, et ce n’était pas en ayant pris connaissance de son compte en banque personnelle ou celui de la famille, puise qu’elle n’ne parlait jamais et n’affichait pas grand choses de bourgeois en elle. Et puis, elle ne dépensait rien qui pouvait faire penser qu’elle avait les poches pleines de billet.
De toute manière, le genre d’endroit où on l’envoyait, ce n’était pas tellement un endroit ou il n’y avait que des enfants avec des parents au revenu ‘normaux’.
Ne reste plus qu’à évoquer sa vertu, celle-ci était très dérangeante. Impossible d’éviter de cracher la vérité à tout ceux qui la réclamer. Nombreuse fois sa avait aidés les parents à démêler les traquenards de la plus grande, et c’est en partit cette vérité dérangeante qui avait poussé les deux jeunes filles à se détachés l’une de l’autre au fur et à mesure des années.
Victoria s’allongea sur son lit et songea au passé, puise qu’aujourd’hui elle n’avait que sa à faire.


| Aime | L’argent, l’intelligence, les calcules. Être souriante, sautillé partout et exaspérer sa sœur.
| Aime pas | Perdre un centime, être prises pour une gamine, trouver sa sœur défoncée et devoir l’assumé.

Comment avez vous connu Tsumi : Cette perle rare et magnifique qui...hum ok.) Et bien, disons que c’est un peut mon bébé xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Lace
Openly not ~ Honneteté
avatar

Féminin Nombre de messages : 42
Age : 26
Age perso : 16ans
Péché : Avarice
Vertue : L'Honnêteté
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: Victoria Lace   Sam 3 Mai - 2:01

Physique |

Dés sa naissance on pouvait être sur qu’elle serrait parfaite.
Une enfant au visage si doux, si pure, un petit ange apporté par une douce cigogne. Surement la même cigogne que sa sœur d’ailleurs, parce qu’elle avait trait pour trait le même visage. Hormis les années de différence qui s’imposait pour toujours entres elles et la déchéance dans laquelle plongés les marques de la plus grande, on les aurait prise pour des jumelles.
Victoria fut bien triste d’apercevoir sa sœur dans cet état. Elle avait traversé le long de ce grand couloir pour rejoindre sa chambre afin d’y étudié et de réfléchir au meilleurs moyen de garder l’argent la ou il était lorsqu’elle c’était stoppée devant la chambre de ce qui avait été désigné comme sa grande sœur. Celle-ci gisait par terre comme une évanouie. Cependant la plus jeune savait que ce n’était pas une santé fragile qui avait provoqué cet état. Non c’était ce qui chaque mois vidait peut à peut les caisses que tentait de renflouer la gamine aux détriments des autres.
Vicky se perdu alors à observer les trait de Lullaby et elle fut désolé de voir à quel point elle gâcher sa magnifique apparence. Dire qu’elle avait la même.
Peut-être Victoria avait elle un peut plus hériter de leur mère. Son menton était un peut plus avancer, cependant la forme de as bouche était similaire. Un peut pulpeuse, un peut gouteuse, et tout autant rosé.
Le nez quand à lui un peut plus remonter, un peut plus long, un peut plus pointue. Mais sa n’était chaque fois que de quelque mini mètre qu’on pouvait s’apercevoir de la supercherie.
La différence la plus frappante entres les deux filles étaient les yeux et les cheveux. Victoria avait la chance de les avoir lisse à l’instar de sa sœur qui se plaignait de leurs frises. Ils étaient cour, monté sur son crâne et fusait à gauche et à droite, piquant et tenant grâce à la laque que l’adolescente s’appliquait à mettre chaque matin. Cependant si elle n’y mettait rien, alors il retombé de façon très droite et ennuyante dans son cou. Deux autres mèches quand à elle un peut plus longue était laissées vide de toute substance et de ce faite pendait sur les côté du visage blanc de la jeune fille.
Quand aux yeux, les siens était gris et bien plus grand que ceux qu’elle enviait à sa sœur quand elle était délivrée de tout effet secondaire.
Lala bougea un peut dans son coma artificielle, dégageant ainsi les plus belle de ces formes. C’est ce qui extirpa Victoria de ces songes. Cependant la vue que lui offrait la plus grande, peut vêtu, ne put empêcher celle qui l’observait d’éprouver de la jalousie bien que ce ne fut son pêché. Elle était si belle, tout était parfait.
La jalouse manquait de poitrine pour son âge c’était un faite établie depuis des lustres, elle en avait toujours manqué, carrément proche de l’absence. La bouclé, elle, en avait, et des jolies, qui remplissaient à merveille les décolletés qu’elle arborés. Heureusement, afin d’équilibré, la petit avait des fesses aussi ronde et ferme que la grande. Et sa taille, sans parler de l’âge qui la rabaissait forcément, était proportionnelle à sa maigreur. Se rappelant alors ces détailles, elle se dit que finalement elle n’avait rien à envié à sa sœur, puise que quand Vicky aurait son âge, elle ne se droguerait pas, et par conséquent, deviendrait plus belle. Il n’y avait donc lieu d’être jalouse se préférant à être avare.
Du bout de ces longs doigts blanc teintés d’un vernis rouge qu’elle avait secrètement piquait dans la chambre de Lala, elle attrapa la poignet de la porte et ferma celle-ci, ignorant royalement les secours qu’elle pourrait éventuellement porter à sa grande sœur. Mainte fois elle s’était ruée sur son corps en s’inquiétant de son état, et mainte fois elle avait été deçu de découvrir la manière dont c’était arrivés.
C’est pourquoi aujourd’hui elle se retourna, ignorant sa chambre, pour descendre au salon et prévenir l’amant de la belle contaminé. Au cas où. Sa restait quand même sa sœur. Elle l’aimait quand même, default ou pas.




|| Souvenir. ||

||| |||




Victoria était quelqu’un de facilement enjoué, mais parfois, et sa sœur serra bien placer pour le dire, quand y’en à de trop, sa ne va plus. Une overdose en somme. Alors quand trop de jour de suite elle était heureuse et bien dans sa tête, il lui arrivait souvent, un matin au réveil, d’être mélancolique. Et cet état désagréable persistait alors tout au long de la journée et souvent même s’y invitait une migraine douloureuse. Alors souvent elle se laisser aller aux grés de ces humeurs passagères, si disant qu’ainsi en les évacuant elles disparaitraient plus vite.
Et ce matin la, celui du jour de ces seize ans, parce que les choses étaient bien faite, elle sombra.
Mais la tristesse et la solitude c’était joint à la mélancolie habituelle. Et c’était d’autant plus douloureux. En y repensant, en y réfléchissant et de façon intelligente comme elle l’avait toujours fait, il était clair que ce mal être était causé par l’absence d’une famille. Bien qu’elle eu seize ans et bien qu’elle soit une surdoué en ce qui concerné les mathématiques, ce n’était encore qu’une gamine qui pour se sentir bien avait besoin d’être entouré de sa famille, au complet. Hors aujourd’hui plus que jamais c’était impossible.
Ces parents tout d’abords, était partit pour une seconde lune de miel, qui, au fur et à mesure que le temps s’allongeait, s’éternisé.
Une grande sœur, qu’elle avait tant aimée mais qui aujourd’hui n’était plus qu’une poussière parmi tant d’autre que Victoria avait la flemme d’épousseter se préférant à l’ignorer.
Elle, seule et sans amie puise qu’elle revenait définitivement de l’école ou elle avait étudié toute son adolescence et ou ces amis c’était toujours trouvés.
Et un petit frère, qui était mort bien avant qu’elle n’eut le temps de vraiment s’attacher, mais grâce à qui sa culpabilité la rongée.

Pour résumé, elle était seule. Même la poussière de la maison avait décidé de s’envoler par la fenêtre aujourd’hui. Ou hier dans la nuit peut-être. Peut importe.
C’est seul qu’elle fêterait ces 16ans. N’ayant pas même amoureux, un ex pour l’appeler.

Elle flâna dans son lit jusqu’à ce que le jour se fasse trop violent pour que, même les yeux fermé, elle ne puise plus voir le noir. Se levant assez fragilement, ces membres engourdit pas le sommeil forcé qu’elle avait décidé de subir.
Vicky se dirigea alors vers la porte de sa chambre, elle lui parut extrêmement loin aujourd’hui tellement ces pas était d’une lenteur. Qu’elle détestait ces jours la ! C’était d’un ennuie, d’un déprimant !

Se dirigeant à pas feutré, alors que tout ce se cinéma n’était pas nécessaire en vue de l’appartement vide, elle arriva bientôt au salon, ne prenant pas la peine de petit déjeuné. Pas qu’elle n’a pas faim, juste qu’elle n’a pas envie d’ouvrir la bouche et de mâcher, ou juste d’avaler quelconque substance. Ouvrant un grand placard elle laissa glisser ces doigts sur de gros album marron étiqueté selon les années.
Elle prit le premier. Le feuilleta et le referma aussitôt dans un bruit sourd. Pas intéressant c’était le mariage de ces parents. Elle en sauta trois ou quatre, passant la vie tranquille de ces parents marié, la naissance de Lullaby et sa vie jusqu’à ce que naissent Vicky et les première années qu’elles passèrent ensemble. Le second album qu’elle ouvrit arbora en tout premier une photo d’elle et de sa sœur. Toute deux semblait s’aimer, enfin un peut plus Vicky que se sœur. Elle lut les quelques ligne inscrite à coté de la photo et se rappela.
C’était l’époque ou elle trouvait sa sœur resplendissante de beauté, d’intelligence, et de maturité, elle aimait rentrer dans sa chambre et l’écouter parler de ces histoires de cœur, et elle, se plaindre qu’elle n’y connaissait rien.
Elle tourna plusieurs pages, flirtant avec les photographies du passé. Puis elle s’arrêta net sur une autre. Et fut à nouveau submerger. On voyait les grande au côté d’un garçon de son âge. Et la photo juste en dessous, Vicky en compagnie d’un livre. Au détriment de sa perfection et de sa sociabilité, elle n’était jamais parvenu à plaire au garçon, ou du moins à s’en trouver un. Sa sœur quand elle n’était pas tellement doué pour grand-chose si ce n’étais s’attiré des réprimandes, cependant elle parvenait toujours à avoir les hommes qu’elle voulait.
C’est la que Vicky se rendit compte que l’idolâtions c’était bien vite transformé en jalousie.
Victoria préféra changer d’album, sa la rendait encore bien plus mélancolique encore. Ou alors était ce parce qu’elle était mélancolique qu’elle trouvait dans chaque photo un sentiment de souvenir lointains et triste.

Peut importe elle en prit un autre. Cette fois ci c’était des photos de son petit frère. Il était si beau.
Une boule se forma dans sa gorge, et son coeur frappa fortement sa poitrine, un coup. Sa migraine aussi frappa une fois plus violemment contre ces tempes. Sa faisait mal et même son corps la punissait pour ça. Pourquoi avait elle voulu le voir ? A cet age la elle était incapable de le tenir !
Il était tombé, c’était sa faute, elle le savait.

Un autre album vite. Victoria en prit un au hasard mais le téléphone sonna. Se levant lentement pour éviter que la migraine ne frappe trop violement à nouveau, elle appuya sur le bouton vert au bout de la cinquième sonnerie.
C’était une amie à elle, du temps de la pension. Elle lui souhaita bonne anniversaire, elles prirent connaissance des dernières nouvelles et de la santé, et Vicky parut soudainement bien enjouée. Evidemment c’était un mensonge pour éviter les questions embarrassantes et surtout très chiante. L’amie raccrocha, l’adolescente en fit de même. Cette fois ci ce ne fut pas un album qui la plongea dans ces songes mais le coup de téléphone.

Se souvenant de cette période de sa vie, elle déglutit tout d’abord.
La première pension ou elle avait été relevait plus de la prison que de l’internat d’écolier. En réalité c’était une sorte de couvent. Elle y avait été envoyé afin de la punir, et de s’assurer qu’elle ne recommencerait pas, même si la mort de son petit frère n’avait pas était préméditée. Elle y resta deux ans, et se tain évidement à carreau tout au long de son séjour la bas. Et puis ensuite elle avait été envoyé dans une pension anglaise afin de perfectionner celui-ci, et d’améliorer ces talents de matheuse. C’est la qu’elle se découvrit une passion pour les chiffres. Et puis quand elle retournait un mois chez elle l’été, son père l’emmenait avec lui et c’est la qu’elle découvrit la bourse. Rapidement elle comprit son principe et l’adora. Et puis quoi de mieux, que l’argent pour motiver encore plus sa passion des calculs ?
Avec l’aide de son père elle apprit bien vite, et c’est à ce moment la qu’en parlant avec sa femme ils décidèrent de la faire revenir au foyer familiale se rendant compte qu'elle avait grandit et apprit de ces erreurs. Et puis c’était aussi un moyen de récupérer une de leur fille, puise que l’autre était devenu un grain de poussière répugnant et bien souvent absent.
De plus, si le grain de poussière liquidée le compte en banque de papa par gourmandise, alors la petit paillette rouge qu’était Victoria le renflouerait pour être sur de tout avoir pour elle, plus tard. Avare de ce qu’elle pouvait compter.

Un frisson imprévisible et incompréhensible traversa le corps de la gamine et la renvoya dans la réalité de ce grand appartement vide. Se rappelant l’album et étant décidé à ne plus être mélancolique, se rendant compte qu’elle ne s’y était pas pris de la bonne manière, elle souhaita les ranger. Ce qu’elle fit. Fermant la placard et se relevant, sa tête arriva au niveau du buffet ou était entreposé la typique photo familiale heureuse de toute bonne famille aisé qui se respecte. Cependant, si un regard ignorant croyait à l’illusion, on voyait bien que les deux parents au milieu pleuraient leur petit garçon et que les deux jeunes filles chacune de leurs côté, le plus loin possible l’une de l’autre, s’évertuaient à faire comme si elles étaient seul sur les photos. S’ignorant. L’une parce qu’elle avait trop enviés la perfection de l’autre. L’autre parce qu’elle avait détestait voir ce qu’elle avait toujours fanatisé sombrer dans un tourbillon pathétique.
Victoria Lace expira profondément dégouté. Leur pêchés était une sorte d'opposé qui les avaient forcés à se haïr en grandissant. Ne voulant pas y penser vu qu'elle ne voulait surtout pas detester sa soeur à se point elle se retourna vers la salle de bain pour se faire belle et propre.
En passant elle regarda par la fenêtre et apeçut une magnifique voiture, un cabriolet rouge, et si ces estimations était exacts, et elles l'étaient, ça devait couter une petite fortune. Un gros noeud blanc recouvrant la voiture decapoté était placé sur le capot suivit de longue bande blanche tombant sur les côtés. Même de l'étage ou elle se trouvait elle pouvait aperçevoir le 'joyeux anniverssaire ma Victoria'
Bien sur, pour l'appeller Victoria, se ne pouvait être que ces parents. Ils avaient tenus leur promesse ces idiots ! 'Une gros cadeau pour ton anniverssaire' leur avait elle promis le jour ou ils lui avaient annoncés leur nouvelle lune de miel.

Bande d'imbéciles, c'est de l'argent qui s'envole pour rien. De plus sa doit consommer ce genre de bagnole.
Et puis sa ne changeait rien, ils n'étaient pas la, un gateau plein de bougie dans les mains, en chantant la glorieuse nouvelle années qui s'offrait à elle.
Tant pis, Vicky profiterait de sa nouvelle voiture pour se ballader et ainsi elle s’occuperait des autres qui dépensaient bêtement leur argent plutôt que de le garder pour faire un coussin moelleux et agréable les jours d’orage, plutôt que de s’inquiéter de son sort.

Après tout, elle n’était pas si seule que sa, puise que son compte en banque lui était la, et bien assez gros pour tenir la compagnie de trois imbécile au moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandora
Ready, set, Go ~ Ardeur
avatar

Nombre de messages : 108
Age : 26
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Victoria Lace   Sam 3 Mai - 2:04

Vive Moi ! xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Victoria Lace   

Revenir en haut Aller en bas
 
Victoria Lace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1- Christal Houston VS 2- Victoria Vodar [FINALE]
» Victoria Alisa . Cavalieri
» Partie multi Victoria II
» Victoria Justice (négociable) • Nina Chevalier • 25 ans
» Victoria Justice as Céowyn [Humain]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsumi :: Présentations. :: Présentations. :: Validé-
Sauter vers: